Brolucizumab_USA_Novartis

en direct de l'arvo 2024

Brolucizumab : une présence rare à l’ARVO I Deux études coréennes analysées

Peu de nouvelles du brolucizumab dans cette session de l’ARVO : 9 posters et aucune communication orale. A titre de comparaison, le faricimab a été cité dans plus de 50 publications dont 6 communications orales.

Par le Dr Isabelle Aknin, en direct de l'ARVO

Le 13 mai 2024

Peu de nouvelles du brolucizumab dans cette session de l’ARVO : on a compté 9 posters et aucune communication orale. A titre de comparaison, le faricimab a été cité dans plus de 50 publications dont 6 communications orales. Nous avons cependant relevé deux informations essentielles issues de deux études coréennes présentées sous forme de poster. Elles sont présentées en synthèse ci-dessous.

1. Résultats cliniques du passage au Brolucizumab dans les Vasculopathies Polypoïdales réfractaires à l’Aflibercept 2 mg

Méthode

C’est une analyse sur dossier de 32 patients traités par Aflibercept qu’on a passé au Brolucizumab. Ils ont été suivis et traités par Brolucizumab au moins 6 mois.
Les patients ont reçu au moins trois injections consécutives d’Aflibercept en Q4 Q6 et/ou Q8, avant de passer au Brolucizumab.
Les changements des intervalles d’injection, des paramètres OCT et OCTA, y compris l’épaisseur maculaire centrale (EMC), l’épaisseur choroïdienne sous-fovéolaire (SFEC), la hauteur des polypes, la surface de la lésion, la densité capillaire et le taux de régression des polypes, ont été évalués avant et 6 mois après le changement.

Résultats

  • Après le passage au Brolucizumab, 53 % des yeux n’avaient plus de fluide intra ou sous-rétinien et l’intervalle d’injection a été prolongé de 5,4 ± 1,7 semaines à 10,8 ± 2,9 semaines.
    L’acuité visuelle est restée stable pendant 6 mois.
  • L’EMC et la SFEC ont été réduites à 6 mois après le passage au Brolucizumab (p=0,042 et p=0,023).
  • La régression des polypes était complète dans 12,5 % et partielle dans 62,5 % des yeux.
  • La plus grande taille des polypes et la taille de la lésion ont été significativement diminuées (p=0,035 et p=0,010).

Cependant, aucune différence significative n’a été constatée en termes de densité capillaire (branching network) après le switch (p=0,145). Il n’y a pas eu de complication inflammatoire dans ces 32 cas.

Conclusion #takehomemessage

Le Brolucizumab pourrait offrir des avantages supplémentaires dans la Vasculopathie polypoïdale réfractaire au traitement par l’Aflibercept 2 mg en réduisant les fuites des polypes.

Références

Clinical outcomes of switching to brolucizumab in refractory PCV treated with aflibercept / Poster dimanche 5 mai  N°: B0323 / Résumé N° : 260 – B0323 / Auteurs : Min Sagong, Areum Jeong, Seung Chul Baek et al. / Ophtalmologie, Yeungnam University School of Medicine and College of Medicine, Daegu, Corée (République de) ; 2Yeungnam Eye Center, Yeungnam University Medical Center, Daegu, Corée (République de).

 

2. Patients traités au Brolucizumab : une étude coréenne de tolérance

Une autre étude coréenne a essayé d’évaluer l’incidence de l’inflammation intraoculaire (IOI) après traitement par Brolucizumab, et évaluer les facteurs de risque d’inflammation.

Méthode

60 966 patients atteints de DMLA en Corée, entre janvier 2016 et août 2022 ont été inclus. Ils étaient séparés en 3 groupes : R (Ranibizumab) A (Aflibercept) B (Brolucizumab) et S (switch vers le Brolucizumab). L’existence d’inflammation cliniquement significative lors des 6 premiers mois a été relevée. L’éventuelle gravité des épisodes inflammatoire n’est pas précisée.

Résultats

Groupe Nbre de patients IOI/Nbre de patients traités Pourcentage
R 67/18537 0,36%
A 186/37951 0,49%
B 38/1095 3.47%
S 125/3383 3.69%

 

Une analyse statistique multivariée a montré un risque statistiquement augmenté dans les groupes B (HR 11.08, 95% CI 7.42–16.53, P < 0.001) et S (HR 10.40, 95% CI 7.67–14.09, P < 0.001).

Un antécédent d’occlusion veineuse rétinienne augmente de 50% risque d’IOI sous Brolucizumab. (HR 1.56, 95% CI 1.01–2.40, P = 0.043).

Parmi les 163 patients ayant présenté une inflammation sous Brolucizumab, 46 patients ont à nouveau été traités (pourquoi ?) par Brolucizumab (46/163=28,2%).
28 d’entre eux on refait un épisode inflammatoire (28/46=60,9%).

À l’inverse, les femmes (HR 0.78, 95% CI 0.64–0.96, p = 0.020) et les diabétiques (HR 0.72, 95% CI 0.58–0.90, p = 0.004) ont moins de risque d’IOI.

Enfin, l’âge des patients n’influençait pas le risque d’IOI, ainsi, étonnamment que les antécédents d’uvéite.

Conclusion #takehomemessage

L’incidence des IOI était presque 10 fois supérieur sous Brolucizumab que sous Ranibizumab et Aflibercept.

Reférences

Factors in Patients Treated with Brolucizumab: A Nationwide Cohort Study / Abstract Number: 216 – B0279 / AuthorBlock : Hyo Song Park, Yong Joon Kim, Sung Soo Kim